Menu

carte

Laos

Articles du même pays

Plateau des Bolovens

Malgré l’échec désormais digéré du tuk-tuk, nous décidons de ne pas changer nos plans et nous nous rejoignons donc à Savannakhet pour une petite virée à deux dans la région des Bolovens. Notre affolante énergie du dernier passage au Laos … Lire la suite

Acheter un tuk-tuk au Laos – done x2

Suite de mes aventures tuk-tukesques. Je me retrouve à 4h du matin à Luang Prabang, ville que je connais déjà assez bien pour y avoir passé une semaine il y a trois mois de ça. J’ai donc mes repères : … Lire la suite

Stukrprise-Stukrprise

Fraîchement débarqué du coté laotien, à Huay Xai, je finis par trouver une chambre à 50 000 kips dans une GH chinoise non indiquée. Et j’entame dès à présent la recherche de la surprise. Les premiers contacts ne sont pas … Lire la suite

Don Det, c’est branlette!

Postérieur bien calé au fond du hamac, pieds en l’air et Beer Lao au sol, je me balance devant le Mékong sur lequel les locaux semblent plus faire les cons que travailler. Normal, c’est le Laos, un pays où les … Lire la suite

Des niouzes en vrac

Vientiane-Paksane, 152 km, 7 h. J’ai appelé le Guiness mais ils s’en carrent. Pour la peine je ferai du stop. Sauf qu’ici… c’est compliqué. Pouce en l’air, ils lèvent le pouce, main tendue, ils disent bonjour et le seul véhicule … Lire la suite

Nouvelles images

Retrouvez toutes nos photos brutes sur Flickr et les diaporamas sur la page Photos

20

Plateau des Bolovens

Malgré l’échec désormais digéré du tuk-tuk, nous décidons de ne pas changer nos plans et nous nous rejoignons donc à Savannakhet pour une petite virée à deux dans la région des Bolovens. Notre affolante énergie du dernier passage au Laos ne nous avait pas permis de visiter ce coin, il fallait réparer la chose.
Nous disposons alors de deux options : louer une moto pour Greg ou trouver un moyen de faire avancer le vélo à une vitesse proche de la moto. L’option location s’effrite rapidement : 70 000Kips la journée pour un scooter et pas d’assurance. Nous ne parlons pas d’assurance perso mais de garantie en cas de casse matériel car ici c’est le locataire qui paie le nouveau moteur s’il tombe en rade au bout de deux kilomètres.
Bref, nous tentons autre chose. Tenir la moto à bout de bras, c’est carrément casse gueule, une corde serait trop brusque dans les accélérations (et vlà le bordel si on s’écarte!), le tendeur sera donc la solution. Un essai concluant, un achat de tendeur assez long et nous partons de Savannakhet sur les routes à 50-60km/h provoquant généralement l’hilarité de ceux que nous croisons. Le plus marrant restant la tête des camionneurs qui, doublés par une moto, suivent le câble des yeux jusqu’à apercevoir le vélo qui les dépasse.

Nous ne tardons pas à nous engager sur des pistes parsemées de villages perdus, gamins pieds nus à défaut d’être carrément culs nus. Notre premier soir sera l’occasion de renouer avec un mode de vie que nous avions plus ou moins laissé de côté depuis fort longtemps : le camping. Il suffisait de tomber dans un bled paumé sans un resto ouvert après 17h, un temple abandonné et une ribambelle de gosses pour nous accompagner.

La pluie s’invite au rendez-vous le lendemain avec des résultats tout à fait conformes à ce genre de situations : de la boue plein la mouille. L’avantage, c’est que les pistes sont assez bonnes pour le moment, mis à part quelques passages délicats, mais rien d’insurmontables : il suffit qu’Alex ralentisse un poil pour que j’arrive à maintenir le vélo sur les rails.

Après un bref retour forcé sur la route principal, nous repiquons au sud en direction de Saravan depuis Muang Phin. Des pistes impeccables sur lesquelles on s’éclate vraiment de notre nouveau mode de transport. Arrivés au village de Tat Hai, l’agitation autour de deux farangs perdus retombée, on nous indique une petite terrasse couverte pour y passer la nuit avant de nous amener deux paillasses et deux oreillers. Nous passons le reste de la soirée en compagnie d’expatriés Viet-Namiens qui nous offrent un très bon repas (riz, soupe au poisson, viande braisée et bières évidemment) malgré une communication des plus délicates. Nous sommes réveillés le lendemain matin à 6h30 par ces mêmes Viets qui nous offrent cette fois le petit déjeuner (tripes, restes de poisson, riz). Ça réveille!

8h30, nous dédommageons nos hôtes et embarquons pour 30 000Kips pour traverser la rivière. La suite du parcours devient plus compliquée. La piste unique et praticable se transforme en une multitudes de chemins sablonneux casse-gueule comme pas deux. Et bien entendu, pas un local à l’horizon dans les rares maisons. Laissons-nous guider par le soleil, nous finirons bien par trouver un humain.

Les quelques laotiens en train de glander sur les routes nous indiquent alors tous que nous sommes sur la bonne piste, c’est déjà ça. Il semble que nous ayons quand même eu un peu de chance à certains moments. Lorsque nous demandons notre route à un groupe de procrastineurs professionnels, ceux-ci nous l’indiquent du bras puis finissent par enfourcher leur scooter, nous doubler et nous montrer la suite du parcours sur la droite, à moitié cachée dans un buisson. Eh ben, heureusement qu’ils étaient là.

Le sable ne disparait pas, nous ralentissant considérablement et la piste est de plus en plus accidentée. Je dois constamment descendre de vélo dans les pentes boueuses lors des passages de rivières et nos deux véhicules ramassent beaucoup de chocs assez durs. Le tendeur lâchera par 3 ou 4 fois dans la journée, mon câble de compteur de vélo se sectionne par magie et on finit par se taper des pistes caillouteuses insupportables. Bref, quand y a pas de trait sur la carte, il y a une raison! Enfin, on aura vu des petits coins du Laos que peu ont goûté avant nous, provoquant toujours les rires et les nombreux Sabaidee! sur notre passage.

Nous arrivons à Saravan (ville sans intérêt) après une journée de près de 10h sur nos engins. une chose est sure : le tuk-tuk ne serait jamais passé par là et le scooter aurait ramassé.
Depuis Saravan, nous nous rendons à Tat Lo, chutes d’eau très sympa, pas trop touristiques, gratuites (c’est à souligner) où nous passons quelques jours.

Départ ensuite pour Attapeu, ville recommandée par un franco-laotien dans un bus et que nous ne recommanderons pas à notre tour. Eh oui, les villes de cette région n’ont strictement aucun intérêt. Nous quittons donc pour nous rendre aux prochaines chutes d’eau sur la route de Paksong/Paksé. nous nous retrouvons rapidement sur une piste/route en construction avec 10cm de poussière, du sable plein les yeux à chaque passage de camion et une chaîne de moto détendue qui saute tous les cent mètres sans rien pour réparer.

Les camions refusant de nous remorquer jusqu’au prochain garage, nous devons improviser avec les moyens du bord : du fil de fer, une clef, c’est reparti.

Nous comprenons que nous sommes vraiment dans les profondeurs du Laos quand nous croisons une femme, seins nus, portant son enfant sur le dos. Nous dormons le soir dans une guest house perdue dans les montagnes où nous comptions passer plusieurs jours à visiter les alentours. Malheureusement le propriétaire, trop Laotien pour aller faire les courses depuis 4 jours (c’est lui qui le dit) ne décide de nous servir que des nouilles instantanées et du riz blanc, et le farceur y met le prix en plus. Bref, nous brisons là dès le lendemain matin et atterrissons finalement aux chutes de Tat Gneuang où les photos vaudront mieux qu’une explication (en surtout il est tard et c’est bourré de moustiques autour de moi, ce qui explique le style robotique de l’article tapé à la va-vite).


pépé, le 20 mars 2012

bravo l’eau ca fait toujours du bien meme au LAOS en france votre nouveau moyen de locomotion ca s’appelle un zeconomiseur de carburant ou sont passes tes cheveux bisous a tous les deux pepe meme nous on s’en va dans notre lit sans les moustiques

Springbox, le 20 mars 2012

J’ai bien ri en imaginant « la tête des camionneurs qui, doublés par une moto, suivent le câble des yeux jusqu’à apercevoir le vélo qui les dépasse ». Alors à voir, ça doit payer.

vélo-papillon, le 21 mars 2012

Hey ! Bientôt le Montague va tracter la mob ;-)

Alex, le 21 mars 2012

Greg t’a oublié la mob qui tombe dans la rivière ;)

Vincent : c’est déjà arrivé ! À Tad Lo ma pédale pour changer de vitesse a pêté, Greg m’a tiré jusqu’au garagiste du village. Ca lui fait un peu les pieds, c’est pour rattraper la feignantes de lorsqu’il se fait tirer.

DUBOSTCHARNAY, le 21 mars 2012

MAIS ILS SONT OU , MAIS ILS SONT OU LES MARSEILLAIS???!!! QUEVILLY 3-2 MARSEILLE! ILS SONT 9 EME DU CHAMPIONNAT
MATHIEU

la p'tite Mougeotte, le 21 mars 2012

La p’tite séquence UsHuaïa ça donne envie! le reste – Boue et poussière – pas trop…

MI, le 22 mars 2012

Ton compteur de vélo sentait qu’il y avait de la tricHe : il veut des vrais kms pédalés !!!
Les TP ont de l’avenir dans ce pays …

Greg, le 3 avril 2012

On est passé au Viet-Nam depuis hier (Dien Bien Pu)
Toutes les photos du Laos sont en ligne :

http://www.flickr.com/photos/35007189@N05/collections/72157626780690964/

MI, le 6 avril 2012

 » On est passé depuis hier  » ! ==> note la date, ce sera plus facile à se repérer …
Félicitations pour la réparation de fortune, vous devenez de vrais Mac Gyver:

Greg, le 6 avril 2012

La date, la date, tu l’as reçu quand le mail? Compte.

MI, le 6 avril 2012

perso, j’ai un mail, mais les autres !

Alex, le 7 avril 2012

Gnagnagna…. passage le 02/04/2012.

duBost cHarnay, le 11 avril 2012

OH les gars, nous vous suivons régulièrement, et vous, sans gêne vous pensez pas à nous pour nos dates importantes: Hier nous étions le 10 Avril pour info!!!
Je co signe ce message avec Pépé!!!
Sans rancune, ….enfin presque!

Bruno, le 11 avril 2012

De passage sur le site histoire de prendre des nouvelles, je vois que rien ne change, une moto, un vélo et toujours beaucoup d’eau.
J’avoue que j’ai eu du mal à remonter le fil du voyage tant je ne suis pas venu depuis longtemps (je crois que c’était en janvier). Franchement, vous m’épatez encore et toujours à pendre du plaisir à faire partager votre voyage. Encore merci pour les textes, les photos et anecdotes en tout genre.
Au plaisir, bonne route.
PS: de passage sur google chrome et j’ai la maladie des B et H, la parenthèse ouvrante également ;)

vélo-papillon, le 13 avril 2012

les français ont encore perdu à Dien Bien Pu… on n’arrive plus à vous pister, la ligne rouge s’arrête au fin fond du Laos. On ne sait plus par quelle ville vous passez, c’est dommage.
Bon ride !

Alex, le 14 avril 2012

On a pas oublié les anniversaires, mais on n’a pas pu appeler le jour J ni le lendemain.

Le parcours devient un peu compliqué et on a pas mis à jour le site depuis un moment. En gros on est au Vietnam vers la baie d’Halong. Entre temps on est passés par Dien Bien Phu et Hanoi. Ensuite on file au sud !

DUBOSTCHARNAY, le 14 avril 2012

Bon ok pour cette annee mais l’an procHain il faudra faire preuve de plus de considération!!!

Manu Guillemot, le 14 avril 2012

salut à vous 2! Je ne sais pas si vous avez des souvenirs de moi, enfin surtout Greg, nous avons partagé presque 10 ans de notre scolarité. J’ai eu connaissance de votre grande aventure après avoir rencontré votre maman il y a quelques jours et c’est avec un grand plaisir que je vous retrouve 12 ans après (St Jo!!). Je vais désormais suivre votre périple, c’est vraiement super. Bonne route et à bient^t.

pepe meme, le 16 avril 2012

merci pour votre coup de telephone de bon anniversaire la communication n’etait pas bonne mais votre intention m’a fait beaucoup plaisir et oui encore une qui s’ajoute aux autres cela fait maintenant 83 annees que ca dure bisous PEPE MEME

Greg, le 19 avril 2012

Salut Manu, bien sûr que je me souviens de toi, même si effectivement notre dernière rencontre doit s’approcher de la décennie. Maman m’avait prévenu que tu viendrais faire un petit coucou (c’est notre meilleure VRP pour le site), ce voyage fait renouer des contacts que je n’imaginais pas au départ et c’est une bonne surprise. N’hésite pas à repasser, commenter, ça nous fera plaisir!
Et si tu as gardé contact avec d’autres anciens de St Jo, fais leur passer le message ;-) (nos anciens profs Jacques Ferrand et Michelle Monnet sont déjà passés par là).
bises

Pépé, j’espère qu’on a pas perturbé vos digestions et votre coinche parce qu’on avait l’impression de se faire engueuler! :-) Et merci pour le bouquin, on a lu, c’est super!