Cette page contient un résumé du matériel avec lequel non voyageons et de ce que nous en pensons. Si vous cherchez une version plus exhaustive, de l’administratif (choisir son assurance voyage par exemple) au matériel que l’on conseille, savoir comment préparer son voyage en vélo, pourquoi et comment partir, et éviter de faire quelques erreurs coûteuses, vous pouvez acheter notre guide pratique du voyage à vélo pour moins de 5€ :

Si vous fouillez un peu sur internet pour savoir ce que les gens emmènent en voyage, vous découvrez souvent l’état de leur sac au moment de leur départ, quand ils sont encore tout émoustillés à l’idée de découvrir leur première destination, qu’ils se sont laissés griser par leurs petites envies sédentaires et qu’ils ont, disons-le clairement, enfilé tout et n’importe quoi dans leur sac à dos. Et on a fait la même chose. Voici donc la liste de notre matos et le squelette de notre sac après quatre ans d’épuration successives :

DSC06887

Les vélos

-des Montague pliants X50. Fidèles au poste, aucun problème avec les vélos en eux-même qui ont toujours résisté à toutes les conditions et aux pires routes.

Sur les vélos

-porte-bagages arrière Axiom Journey Cycle Rack with Spring. Je l’ai depuis juillet 2014. Il est sensé tenir 50 ou 70kg je sais plus mais en mettant un sac de 20-25kg maximum les deux pattes de fixation du bas ont pété. J’ai réparé les deux côtés en système-D mais si je dois émettre un avis sur ce porte-bagage je dirai que… c’est de la merde. Bon, il finira le voyage si je continue de le maintenir sous perfusion.

-porte-bagages avant Axiom Low-rider. Achetés en juillet 2014 aussi. Ils ont pété mais j’ai aussi chargé plus que la capacité prévue donc je ne peux pas tellement me plaindre. Là aussi, j’ai réparé et renforcer avec des tubes en cuivre de plombier. Depuis ça tient bien. Il manque seulement un arc métallique qui relie les deux porte-bagages au-dessus de la roue pour éviter qu’ils ne s’écartent trop.

-sacoches avant Axiom Seymoux DLX 45. Achetés en juillet 2014. Les deux ont craqué et j’ai dû les recoudre plusieurs fois. Je ne les conseille pas. Prenez plus costaud. Je crois qu’arrivez ici on peut le dire : je ne conseille pas la marque Axiom.

-Un vélo est équipé d’une selle Brooks, l’autre d’une selle gel. La selle Brooks est plus chère et nécessite beaucoup plus d’entretien. Une bonne selle gel chez Decathlon fait souvent bien l’affaire.

-J’ai un guidon dont la hauteur et l’inclinaison est réglable, ce qui améliore grandement mon confort et l’état de mon dos. J’en ignore la marque.

-Les dérailleurs avant et arrière sont en Shimano. L’avant a 35 000km a son actif, c’est un Shimano Deore LX. L’arrière a pété après 25 000km (Deore LX) et le nouveau Shimano tient depuis 10 000km.

-Mon pneu avant Schwalbe Marathon Plus en est à 25000km (en cours). L’arrière a tenu 20000 et j’alterne depuis avec du pneu générique chinois que je trouve en cours de route. Je conseille les Schwalbe.

-lampe de poche frontale (piles AAA) que j’enroule au guidon
-sacoches de cadre de vélo basiques pour fourrer des conneries dedans
-cadenas souple à code, cadenas U à clef.
-une petite chaise pliante que je cale derrière le ressort de mon porte-bagage arrière
-une housse pour le vélo pliant qui sert aussi à protéger le matelas le soir. Certains prennent une bâche plastique.
-un sangle à cliquets et des tendeurs pour serrer le sac sur le porte bagages. Une sangle à 5€ chez Carrouf’

Le sac à dos Ospreys Aether 70L, que je pose sur le porte-bagage arrière. Il est en piteux état : avec le temps des attaches ont cassé un peu partout, la fermeture éclair ne fonctionne plus mais je lui en fais voir beaucoup. Je le charie partout sans le ménager depuis mai 2011 et il fait toujours le job. Un bon sac que je conseille. Il finira le voyage.

Dans le sac à dos
-un matelas gonflable. J’avais un Exped Synmat 7 M UL dont les boudins ont lâché petit à petit mais il n’était pas fait pour un usage intensif sur le long terme . J’ai actuellement un Thermarest Prolite small qu’on m’a donné qui tient bien depuis quelques mois. Je ne conseille rien, mieux vaut demander à un fabriquant quel matelas il conseille pour une utilisation longue et intensive. Exped et Thermarest sont des marques recommandées.
-un drap de soie à 5 balles sur ebay/amazon/etc.
-une couverture de survie pour les nuits très fraîche.
-un sac de couchage Warmth Unlimited G750 (confort -9 ̊C/extrême -18 ̊C). Nous sommes parfois passés de nuits en-dessous des -10 ̊C autour du Grand Canyon. C’est passé en s’habillant bien dans le sac.
-vêtements :
-un pantalon/short North Face. Je l’ai payé une fortune en Nouvelle-Zélande, y avait que ça. Au bout d’un an d’utilisation les fermetures éclairs sont pourries, le bouton a lâché et il commence à se déchirer au niveau des genoux. Je ne le ménage pas c’est vrai mais pour plus de 100$ d’investissement, autant investir dans une marque générique
-deux chemises (j’aime avoir des manches longues pour pédaler), un jean quand je me pose quelque part, une ceinture costaude, quelques paires de chaussettes trouées et puantes, deux caleçons classiques, une mini serviette blanche pour bien voir la saleté, un chapeau défoncé/un cheich sale pour le soleil, un haut et un bas style k-way les moins chers possibles, et en plus dans les périodes hivernales : un blouson étanche (n’achetez jamais la marque Vigilante), un polaire, collant et tee-shirt techniques, chaussettes chaudes, gants et sacs poubelles pour étanchéifier les gants et les chaussures quand il pleut.
-une paire de baskets confortables et une paire de flip-flop à 2$.
-un Mac book air 11″ qui a subi toutes les températures depuis 4 ans. La batterie a fini par gonfler et tient beaucoup moins mais sinon ça va. J’ai dû changer le câble d’alimentation. Pas de housse, je l’enfile dans un sac plastique un peu épais. Si c’est juste pour prendre des nouvelles de la famille, je conseille plutôt un ordi chinois à 200€.
-un disque dur pour stocker les photos/videos
-un Kindle Paperwhite 3G : 2-3 semaines de lecture sans recharge. Permet d’acheter des bouquins sur la boutique Amazon au milieu du désert Mexicain par exemple. Pour le reste il y a les torrents ;)
-un appareil photo.
-un lecteur mp3 Cowon X9. L’utilisation est insupportable mais on s’y fait. Le gros plus : 90h d’autonomie!
-un tuperware à pharmacie : quelques pansements, un antiseptique, quelques anti-diarhée, de l’aspirine pour les lendemains de cuite, un coupe-ongle, brosse à dents, dentifrice. Dans une sacoche, les tablettes de médocs finissent par s’ouvrir, se mouiller, etc.
-une trousse de coûture pour réparer les housses, l’entrejambe du pantalon, etc.
-des cartes pour voyager
-un carnet de voyage Moleskine
-un jeu d’échecs qui sert aussi de boite à boulons et autres bricoles pour réparer.
échecs
-documents : carte de crédit, passeport, photos d’identité pour les visas, des dollars en secours (mieux que les euros), attestation d’assurance, carnet de vaccination, permis de conduire français et international).

Dans les sacoches avant :

-une tente. Nous avons commencé le voyage avec deux tentes Eureka Spit Fire Duo pour son rapport taille/poids. Spacieuse et parfaite pour les pays chauds, ne résiste pas bien aux gros vents. Nous utilisons aujourd’hui deux Ferrino Pumori 2 (tente 4 saisons, plus chère et plus lourde) dont nous sommes très contents mise à part la couleur orange flashy. Nous avons chacun une tente deux places.
P1270738

-une mini-pompe avec jauge à pression + une pompe de secours chinoise
-une pince multi-fonctions : les Leathermann Charge ou Wave sont très bien
-des clefs Allen, une clef à rayons, une clef pour démonter la cassette arrière, des cables de freins et de vitesses de rechange
-un réchaud MSR Whisperlite International avec sa bonbonne
-une petite fiole pour désinfecter l’eau qui s’évapore plus que je ne l’utilise
-une bonbonne d’huile pour la chaîne
-du duck tape, de la super-glue, des colliers de serrage de plombiers
-et enfin l’eau et la graille pour combler les vides et faire du poids pour le plaisir.