Menu

Poursuivez l'aventure ! Commandez votre livre dès aujourd'hui Aller à la boutique
carte

Birmanie

Articles du même pays

Birmanie, deux semaines de break chez les Indiens

Comme prévu, nous partons 3 en Birmanie dans un pays qui s’annonce plutôt mystérieux. Peu de personnes s’y rendent, et nous n’en avons entendu parlé que via les histoires de Junte, d’Aung San Suu Kyi ou de Rambo 4 (le … Lire la suite

Birmanie, pays des interdits

Au rayon des infréquentables internationaux, la Birmanie figure en bonne place aux côtés de la Corée du Nord ou de l’Iran. Dictature militaire, répression des libertés, repression politique, contrôle des logements, internet, rien ne semble échapper au pouvoir en place, … Lire la suite

Nouvelles images

Retrouvez toutes nos photos brutes sur Flickr et les diaporamas sur la page Photos

14

Birmanie, deux semaines de break chez les Indiens

Comme prévu, nous partons 3 en Birmanie dans un pays qui s’annonce plutôt mystérieux. Peu de personnes s’y rendent, et nous n’en avons entendu parlé que via les histoires de Junte, d’Aung San Suu Kyi ou de Rambo 4 (le plus sanglant de tous, je le conseille pour les amateurs).
Depuis Bangkok c’est 45 minutes de vol mais aussi 1/2h de décalage horaire. Ça compte : on a faim à 11h30 et il faut décaler l’apéro.

Passées ces futilités, la première grande course à la négociation débute avec les chauffeurs de taxi pour rallier l’aéroport au centre-ville de Yangon (ou Rangoon). Et vue l’entente caractérisée de cet oligopole malsain on regrette dès le départ d’avoir laissé son vélo et il faudra s’acquitter de 9$. (nb. Yangon est l’ancien capitale que les dirigeants ont déplacé dans la nouvelle ville de Naypyitaw pour plus de sécurité).
La recherche d’un lit est le départ de la seconde grande course, avec nos congénères touristes, cette fois. Deux heures à chercher dans les ruelles toutes plus sombres et crasseuses les unes que les autres. Avec les cafards de notre premier restaurant et les chambres miteuses que nous trouvons, c’est ton sur ton.

Il n’y a aucun distributeur de billets dans le pays, et les fluctuations arbitraires du taux du Kyat fait qu’il est impossible d’en trouver ailleurs.
Il faut donc venir avec des dollars et bien prévoir assez pour toute la durée. Sinon, ça s’annonce difficile…
On change ensuite les dollars dans une banque ou dans la rue au black (plus intéressant mais le risque d’arnaque n’est pas négligeable, nous y avons échappé de peu). Dans tous les cas, les billets $ doivent être nickel. Attention c’est nickel-neufs, tout juste imprimés, pas une pliure, un bord abimé ou un début de déchirure. On s’est fait refoulé un 100US$ pour un coin corné d’1mm!
Il faut donc toujours conserver ses $ dans un bouquin, une poches rigides… c’est doucement chiant. Et impossible de savoir pourquoi.
Ils suffiraient qu’ils acceptent les $ usagés et tout irait bien, ils seraient pas plus pauvres…
Par contre les kyats, c’est la fête. On pourrait les brûler qu’ils en accepteraient les cendres.

billet

Même principe, au Laos

Dans les rues les hommes se promènent tous avec une espèce de longue jupe à carreaux, un longji, et mâchent des noix de Betel, expliquant le sourire sanguinaire, toutes dents pourries.

Quelques jours passés à Yangon à entendre les moines brailler jour et nuit (depuis nos chambres) dans des haut-parleurs pour célébrer je ne sais quelle festivité, nous filons à Nyang U pour visiter les plus de 4000 temples de Bagan (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bagan). Nous en verrons quelques dizaines en vélo (qu’on a loué, ça fait un peu mal…), c’est bien, c’est beau, c’est pas cher quand on échappe aux contrôles à 10$ mais un peu redondant et l’hébergement pas spécialement bon marché.

Bagan2

Direction Mandalay, ville polluée, poussiéreuse, sale (tiens, ça devient une habitude) et évidemment… pas bon marché. Le gouvernement mettant ses grosses pattes un peu partout dans l’économie, c’est le bordel au niveau des prix, rien de bien étonnant.

Vite, il faut partir, et internet (quelle misère de ce côté là aussi) nous faisant miroiter le plus beau trajet en train du monde, nous voici embarqué dans une carriole sur rails aussi fluide qu’une charette sur un chemin vicinal. Et question paysage, OK, pas mal, mais ça laisse à désirer par rapport à ce qu’on attendait.
Nous sommes donc à Hsipaw, capitale de… rien. Non là y a vraiment rien. Quelques treks mais question originalité on peut trouver mieux. On reste tout de même quelques jours sur place à manger des plats au curry, samossa, de la bière du Myanmar et jouer avec les gamins du bled.

gosses Bagan

Où va-t-on bien pouvoir aller ensuite? Accompagnés depuis quelques temps d’un beau couillon d’Américain en voyage (profil type du pigeon) dont on peine à se défaire, je commence à zieuter les coins perdus des environs. Seulement c’est verboten : fighting area. Et là? Non là, interdit aux étrangers. Ici? Oui tu peux mais y a pas d’hôtels, et les habitants n’ont pas le droit de t’accueillir. Bon, par là-bas? Station balnéaire pour riches. Dernière chance, le petit coin au sud? Ah non, fermé depuis deux ans pour cause d’insurrection. Bon vous commencez à me les briser menu les Birmans! La décision est prise : retour à Bangkok et pas de lac Inle qui sentirait presque le traquenard à touristes.

Le pays est joli, c’est culturellement très différent des derniers pays visités, et tout plein d’autres compliments mais c’est invivable de toujours passer outre les contraintes qui ne devraient pas exister et d’avoir toujours tout à organiser d’avance. Finalement le meilleur moyen de visiter ce pays aurait été vélo et tente. C’est con, la première fois qu’on n’avait rien avec nous…

image_pdfimage_print

duBost cHarnay, le lundi 6 février 2012

Vous ne deviendriez pas un p’tit peu cHiant comme touristes?

Après un séjour dans la civilisation tHaîlandaise et ses plaisirs, le confort vous manque t-il?

@+ les frangins et Bonne continuation.

LOUP Françoise, le mardi 7 février 2012

C’est des encouragements plus chauds que notre climat Français que je vous transmets ce 7 février 2012. Toujours de Belles photos et des commentaires qui nous font voyager via internet.
J’espère que les postérieurs et tt autres parties des vos corps de grands voyageurs vous permettent de profiter un max de cette Belle expérience.
A très Bientôt.
BAY La coiffeuse du val de Saône.

Greg, le vendredi 10 février 2012

Oui les Dubost, on devient chiants. À force de traverser des pays où on est libres de faire à peu près tout ce qu’on veut, on accepte moins des difficultés inutiles créés par des gouvernements stupides.
À quoi sert une autorisation d’hébergement d’étrangers pour un hôtel à part emm… le touriste et le propriétaire?
Et il y a tellement de choses superbes à voir ou faire sans se prendre le chou dans les pays voisins que ça ne vaut pas le coup de s’entêter.

Sinon on a récemment rajouter plein de photos et 2 vidéos faites par Alex, comme d’hab’ :
http://www.flickr.com/photos/35007189@N05/collections/72157626780690964/

La Chine : http://vimeo.com/34897704
La Thaïlande : http://vimeo.com/35133262

Merci Françoise.

DUBOST CHARNAY, le vendredi 10 février 2012

Salut les gars

Bravo les vidéos, putain ça donne envies!!!

PS: 1er commentaire sympatHique de notre part!!! Tout arrive!
@+

DUBOST CHARNAY, le vendredi 10 février 2012

SALUT
ça va?? moi ça va sinon les potHos et les vidéos sont génial!
PS:la vidéo avec les élépHants est génial surtout quand l’élépHant Boit!!trop top
Bon @+
Bisous Camille

Alex, le samedi 11 février 2012

Pour une fois que nous sommes partis avec des bagages allegés, on a regretté de laisser la tente à Bangkok. C’aurait pu être parfait pour régler cette histoire d’hôtel.

Camille, c’est assez impressionnant la technique du remplissage de trompe. Tu peux facilement lui remplir 10-20 secondes avant que ce soit plein :P

la p'tite Mougeotte, le jeudi 16 février 2012

Samedi on a reçu le plus gros nicHon du monde, d’ailleurs E.T. en est tomBé de son vélo! un gentil pHantôme et un type plus doué que Cappuccino dans la posture du flamand rose… D’ailleurs vous y êtes allé à ce lac Inle ou c’est du cHiqué?

Alors de la part de la minorité – et des autres: Merci Onc’Alec et Greg!
SmouitcH

Greg, le jeudi 16 février 2012

Non pas allés. On a acheté toutes les cartes à Yangon pour deux dollars à une gamine dans la rue.
On venait d’arriver, elle les a choisies pour nous.

Maintenant certains vont se poser des questions sur ta santé mentale.

la p'tite Mougeotte, le jeudi 16 février 2012

Bon alors à ceux qui seraient à deux doigts de m’interner: vous noterez que mon frangin a très Bien suivi lui! Alors pas de précipitaton!

la p'tite Mougeotte, le jeudi 16 février 2012

Mais c’est vrai que maintenant que je relis… Ca fait un peu décousu… Et on est encore loin du terme exact… Bon OK je vais prendre mes petites Boules roses.

Greg, le jeudi 16 février 2012

Trêve de plaisanteries Seurhane, ne vois-tu rien venir ? Je sais que le soleil rougeoit et le ciel bleuoit mais les photos de Birmanie sont en ligne :
http://www.flickr.com/photos/35007189@N05/sets/72157629340677741/

duBost cHarnay, le jeudi 16 février 2012

Vous avez le décodeur! Rien capté à vos conneries! Finalement c’est ptete moins le déBile!
@+

Greg, le jeudi 16 février 2012

Alors en premier c’est en référence à une carte postale. Donc si tu ne suis pas c’est normal.
Mais ensuite ce sont Les visiteurs et Astérix (bon les 1001 nuits aussi mais nous on est plus proche de la reprise d’Astérix).

ハワイ longchamp, le mercredi 14 août 2013

フルラ + ぐ