Menu

carte

Chine

Articles du même pays

Aux portes du Tibet

À Shangri La, il neige. Merde, on avait rien prévu de ce côté là, nous qui devions suivre la chaleur de l’été. On aurait cependant pu s’y attendre en montant début novembre aux portes du Tibet à 3200m d’altitude mais … Lire la suite

Xiang land

Wantianyaozuxiang, Hepingxiang, Pingyangxiang, Doulixiang, Yonglixiang… et quand ce n’est pas xiang, c’est jiang. Sanjiang, Congjiang, Rongjiang… A défaut d’être un coin plein de xiang et de jiang, c’est aussi une belle région connue pour ses rizières en terrasse et l’éthnie … Lire la suite

Dépenses et chinoiseries

65 jours, 2000km en vélo, 3000 en train, 800 en bateau, sans pour autant devenir bridés, nous voici assez connaisseurs de la vie en Chine pour vous écrire un petit topo. Bouffe, plumard, carriole, vendeurs d’air et wagons bondés, nous … Lire la suite

Les tubercules de Yangshuo

Il nous reste un mois à passer en Chine, le dernier tiers. Après notre petit périple à vélo jusqu’à Zhuzhou il était évident que nous devions prendre le train de nouveau si nous voulions avoir le temps de faire ce … Lire la suite

J’ai envie de dire Youpi

Hier soir nous fêtions deux choses : 5000 km parcourus à vélo et nos premiers 1000 km (toujours à vélo) d’affilée, c’est à dire sans interruption de train, stop ou poney. Certes ça ne représente qu’un huitième de tour du … Lire la suite

Nouvelles images

Retrouvez toutes nos photos brutes sur Flickr et les diaporamas sur la page Photos

9

Les tubercules de Yangshuo

Il nous reste un mois à passer en Chine, le dernier tiers. Après notre petit périple à vélo jusqu’à Zhuzhou il était évident que nous devions prendre le train de nouveau si nous voulions avoir le temps de faire ce que nous avions prévu. On a également légèrement modifié notre itinéraire. Nous voulions passer par Baise, une ville chinoise, et en profiter pour faire un nouveau reportage à la con autour de ce nom sulfureux. Il n’en sera point, tant pis.

Les vélos ont donc retrouvé leur sac une fois de plus pour un voyage en train jusqu’à Guilin, ville proche de Yangshuo, notre destination, où Google nous a promis de bien beaux paysages. Ce malicieux moteur de recherche n’a pas menti, ça envoie du gros steack par ici.

Yangshuo, Chine

Yangshuo est bien connue pour ses montagnes karstiques au milieu desquelles serpentent la rivière Li. C’est en gros une grande plaine parsemée de rizières sur laquelle sont plantés de gros tubercules montagneux blindés de bambous. Double avantage pour nous cyclistes : on en prend plein les mirettes et surtout c’est globalement assez plat ! Inutile de préciser que profiter de paysages vallonnés sans se déglinguer les cuisses est un luxe non négligeable. Accessoirement les véhicules klaxonnent beaucoup moins que d’habitude dans cette région et c’est un immense soulagement.

Yangshuo

Nous partons donc à l’aube midi, comme d’habitude, en direction d’un village de pêcheurs nommé Liu Gong. On cherche les pêcheurs… Niet. En revanche les bateaux de touristes ne manquent pas. Le prix doublé du Coca nous rappelle que ce foutu village doit être dans tous les LonelyPlanet et Routard. En revanche ce coquinou de Google ne nous a pas signalé que la partie la plus intéressante se trouve Après Liu Gong, ce qui tombe plutôt bien étant donné que nous nous dirigeons dans un bled plus lointain pour le lendemain. Nous continuons notre petit périple parmi les rizières où les locaux nous seront d’une grande aide pour nous indiquer quel chemin de terre emprunter. Il est 17h, le soleil commence à descendre à l’horizon, jouant avec les montagnes en projetant de belles ombres sur la plaine. Les couleurs se réchauffent et l’appareil photo aussi. Chaque vue vaut sa carte postale ou un mois du calendrier PTT si vous préférez. Cette région fait partie du top 3 de ce que nous avons vu jusqu’à présent, aux côtés des paysages mongoles et de la muraille de Chine.

Yangshuo, Chine

On fini par trouver un pont pour regagner la route principale, blancs de poussière soulevée par les camions et nous pédalons jusqu’à Gongcheng où nous passons la nuit. 70 rmb la chambre double, notre record.

Environs de LiuGong et Yangshuo

De là nous n’avons plus qu’une dizaine de kilomètres pour atteindre Ping’an et voir les fameuses rizières en terrasse (également dans le calendrier PTT). Malgré que ce soit apparemment un site connu, nul panneau n’indique la direction, nous obligeant à harceler un chinois tous les 200m. Nous restons bredouilles après 2 heures à tourner dans et autour du fameux village. Aucune rizière, seulement des arbres fruitiers. Un dessin improvisé de rizières en terrasse ne nous aidera pas plus à nous faire comprendre des locaux. Ces sacrés farceurs le tournent dans tous les sens et vont même jusqu’à explorer les autres pages du Moleskine, façon de dire « c’est quoi c’dessin à la con ? ». Greg tente un « Mifaa mifaa » (riz, riz), une vieille l’invite à prendre le thé. Échec.

Ping'anxiang

Le fin mot de l’histoire c’est qu’on s’est planté de Ping’an.


Père indigne, le vendredi 21 octobre 2011

MAMY EST A MES COTES POUR VS DIRE BONSOIR.
TRES BELLES PHOTOS QUI DONNENT ENVIE DE VOUS REJOINDRE.
BON SEJOUR DANS CE COIN DE PARADIS.
BYE

Elisabeth Dubost, le dimanche 23 octobre 2011

Magifiques photos, vous devez vous régalez .
J’espère que le temps est propice à vos déplacements quotidiens
Lire vos découvertes est passionnant, bonne route , prenez soin
de vous.
Babette

Alex, le dimanche 23 octobre 2011

Coucou tout le monde !
Merci pour vos commentaires :) Tout se passe bien par ici, la région est superbe et le temps… 30°C, ciel bleu :P

ET BON ANNIVERSAIRE À MATHIEU DE LA PART DES 2 SINGES !!! 生日快乐 !!!

Laetitia, le vendredi 28 octobre 2011

Tiens c’est la région qui a fait l’ojet d’un reportage TV y a qq jours! Vous n’étiez pas dessus… Peut être pas assez « couleurs locales »?…

Alex, le vendredi 28 octobre 2011

Pourtant dans le flux de touristes…
Peut être pas assez pittoresques :P

Laetitia, le vendredi 28 octobre 2011

Ah… J’ai hésité à le placer celui là! Je l’avais gardé pour un autre post!

Père indigne, le vendredi 28 octobre 2011

Bonjour les FI !

J’ai visité les photos de Yangshuo récentes et fait le compte : 5066 photos sur Fliker.
Et que 5000 Km de vélo. Il y a déséquilibre !
Au fait, Papillon vous a changé les selles ? Celles-ci semblent plus spacieuses, et on dirait que vous avez adopté les cale pieds ?
Est-ce que les bambous de Pépé ont tenu jusque là ?
Demain on a les Perez à la maison. On vous fera sûrement coucou.
On s’rentre ! Alors bises et bon vent !
PI

DUBOST CHARNAY, le mardi 1 novembre 2011

Salut avec quelques jours de retard, Mathieu vous remercie!

Vous n’avez pas le GPS sur vos engins???
Je vous explique: Dans les civilisations modernes il existe des instruments pour se diriger, en sommes ne pas se perdre: des cartes (IGN; Michelin) et pour les plus modernes d’entre nous il existe un fabuleux objet (le GPS) cela permet de savoir ou tu vas, ne pas te tromper de direction . En voiture, en train, c’est pas trop grave, tu fatigues pas trop, mais à vélo franchement c’est con, surtout que la chine, putain c’est grand!!!

Vous avez bien du trouver à défaut des rizières un bol de riz!!!

Bonne continuation et à bientôt les chons!

Alex, le mercredi 2 novembre 2011

Père indigne :
Toujours les mêmes selles. Après réflexion on va surement les garder. Nos postérieurs se sont déjà pas mal habitués !
Les bambous commencent à montrer pas mal de signe de faiblesse. J’en avais remplacé un dès l’Italie et on en a 2 autres à changer en ce moment. C’est pas ce qui manque dans ce coin de Chine donc tout va bien. A chaque fois on les casse en serrant un peu trop un collier ou en posant le vélo sur un bambou (avec le sac dessus ça le tord… et crac. Je pense qu’il doit nous rester 1 ou 2 bambous de pépé de valable aujourd’hui ;)

Dubost charnay :
Figure toi qu’on a bien un GPS mais pas pour nous orienter. C’est juste un engin avec un bouton qui envoie un message pré-enregistré à quelques personnes « Tout va bien, on se trouve ici : « la position GPS actuelle » ». Mais on a bien des cartes normales pour se diriger, ainsi qu’une boussole (indispensable, surtout à l’intérieur des villes). Mais dans le cas de Ping’an, il y avait 2 Ping’an : Ping’anxian et Ping’ancun, les 2 à 100 km d’écart. Sur internet tout le monde parle des rizières de Ping’an sans préciser le « cun » ou le « xian ». Et voila, that’s it ! M’enfin on a perdu 1 journée, c’est pas bien grave.