Menu

carte

Laos

Articles du même pays

Plateau des Bolovens

Malgré l’échec désormais digéré du tuk-tuk, nous décidons de ne pas changer nos plans et nous nous rejoignons donc à Savannakhet pour une petite virée à deux dans la région des Bolovens. Notre affolante énergie du dernier passage au Laos … Lire la suite

Acheter un tuk-tuk au Laos – done x2

Suite de mes aventures tuk-tukesques. Je me retrouve à 4h du matin à Luang Prabang, ville que je connais déjà assez bien pour y avoir passé une semaine il y a trois mois de ça. J’ai donc mes repères : … Lire la suite

Stukrprise-Stukrprise

Fraîchement débarqué du coté laotien, à Huay Xai, je finis par trouver une chambre à 50 000 kips dans une GH chinoise non indiquée. Et j’entame dès à présent la recherche de la surprise. Les premiers contacts ne sont pas … Lire la suite

Don Det, c’est branlette!

Postérieur bien calé au fond du hamac, pieds en l’air et Beer Lao au sol, je me balance devant le Mékong sur lequel les locaux semblent plus faire les cons que travailler. Normal, c’est le Laos, un pays où les … Lire la suite

Des niouzes en vrac

Vientiane-Paksane, 152 km, 7 h. J’ai appelé le Guiness mais ils s’en carrent. Pour la peine je ferai du stop. Sauf qu’ici… c’est compliqué. Pouce en l’air, ils lèvent le pouce, main tendue, ils disent bonjour et le seul véhicule … Lire la suite

Nouvelles images

Retrouvez toutes nos photos brutes sur Flickr et les diaporamas sur la page Photos

4

Snake Lao Lao time

Il y a différents évènements qui nous ont conduit à ne pas vous donner de nouvelles pendant un moment. Nous n’entrerons pas dans les détails, mais vous comprendrez aisément les grandes lignes de nos dernières semaines.
La premières raison à ne pas écrire en fin de séjour chinois étant qu’une certaine monotonie voire lassitude s’était emparée de nous. Comme écrit dans l’article précédent, trois mois de Chine c’est usant psychologiquement et on aspire à autre chose, à s’évader de cette d’ambiance particulière. Mais on est clairement pas à plaindre (je sais que certains sont en pleine dépression en France et d’autres n’osent même pas lire notre site pour ne pas y tomber à leur tour… suivez mon regard.) et cela n’excuse qu’une ou deux semaines de silence.

La suite est tout autre. Entrés au Laos le 12 novembre par Boten, notre premier soir annonçait la couleur : nous arrivons au Spicy Lao Hostel de Luang Prabang accompagné de Lars (Hollandais rencontré dans le bus) et l’accueil laotien du proprio ne manque pas de sel. « Sabaidee, you have to drink Snake Lao Lao ». En gros, « Bonjour, vous devez boire notre alcool/whisky local dans le bocal plein de serpents flottants là ». Ouch, couillu le marc! La suite de la soirée se passe à l’Utopia, bar de la ville au bord du Mékong où on joue au beach-volley, puis au « bowling » du bled. À partir de là, nous parlerons d’un trou de mémoire entre deux paillardes et je me réveille le lendemain sans mon passeport et la tête pleine de cheveux à l’intérieur. Les journées soirées se suivent et se ressemblent avec une étape au disco et toujours plus de cheveux qui poussent à l’intérieur. Pendant ce temps nous nous sommes entourés d’une bande de joyeux phénomènes (un Danois, le Hollandais, une Lituanienne, un couple d’allemands, une suisse et parfois d’autres) et ne nous quittons plus.
Kayak, baignade en eaux turquoises sous les chutes d’eau, beer Lao, surf sur le toit des tuk-tuk on ne s’ennuie pas et… on n’écrit pas.
La police appelle trois jours plus tard pour indiquer que quelqu’un a fini par retrouver mon passeport dans la rue, au pussy market. « Euh… mais c’est quoi ça le pussy market? » La seule explication que j’en aurais sera « pussy market » et personne n’a rien vu qui pourrait y ressembler mais soit, l’essentiel étant d’avoir retrouvé mon passeport contre 10€ et 5 bières.

Sans transition, nous passons de Luang Prabang à Vang Vieng, lieu de recueillement pour fêtards où l’activité principale consiste à monter sur une chambre à air de camion dans la rivière et à s’arrêter dans chaque bar des 3km du parcours en attrapant la corde qu’on vous jette en vous proposant des produits amusants : c’est le tubing. Les boissons se commande par « bucket » (un seau…) et sont parfois servis par des mamies de quarante-cinq soixante ans. On en dit pas plus, les images google vous donneront un meilleur aperçu de la retenue qui peut habiter cet endroit du petit dej’ jusque tard dans la nuit.
Certains occidentaux sur place depuis des mois semblent quand même un peu perdus à trainer là tous les jours sans aucune autre vue à long terme. Une semaine suffira pour nous tous, que nous entrecouperons par une journée de location de petrolettes et des baignades au blue lagoon, le nom parle de lui même.

Il était alors temps de partir en direction de la capitale Vientiane, en vélo cette fois. Les autres passeront une nuit dans un petit village laotien, invité par un local que nous n’avons pas pu rejoindre à temps. Prochaine fois. Les gens sur la route sont adorables, les enfants disent tous bonjour ou plutôt « Sabaidee » et beaucoup veulent nous taper dans la main à notre passage. Un ressenti complètement différent de la Chine où nous étions pris pour des jukebox. Vientiane semble à première vue beaucoup moins vivante que les villes précédentes, c’était sans compter sur les fouilles de la police sur la plage Kalashnikov en mains, le foot de rue avec les gosses, les après-midis ensoleillées pétanque-pastis (les Français ont laissé beaucoup de traces de leur passages ici), les bus thai VIP night club stationnés dans la rue, nos encouragements sans faille lors des matchs de foot au stade, au bord du terrain, partageant ensuite la troisième mi-temps avec les joueurs.

Nous en sommes grosso-modo à ce point. Notre groupe s’est séparé aujourd’hui, chacun ayant des destinations différentes à partir de là (avant de se retrouver plus tard toujours dans la région?) et nous devons attendre deux jours de plus avec Alex que l’embassade thaï veuille bien nous donner notre visa d’un mois. Demain c’est plage au bord du Mékong avec la Thaïlande 50 mètres en face et une furieuse envie de traverser à la nage. Pauvres de nous…

Aujourd’hui un grand changement est intervenu pour la suite du parcours, Alex ayant fait l’acquisition d’un bel engin motorisé nous contraignant de poursuivre chacun de notre côté temporairement bien que suivant toujours le même chemin avec Bangkok pour objectif dans moins d’un mois.


clairelise, le 28 novembre 2011

pussy market… ça fait partie de votre trou noir de la nuit…les laossiennes vous ont ensorcellés
Bonne continuation à vous deux…

pepe et meme, le 29 novembre 2011

si il y a des jours plutot durs par contre il y en a d’autres qui paraissent assez agreables bonne suite et a plus

EtOH Mougeotte, le 30 novembre 2011

Faudra penser à mettre deux couleurs de drapeaux sur la carte pr qu’on s’y retrouve nous! Non mais parce que vous n’êtes pas faciles à suivre, hein!? (avis aux pro du web…)
La bonne nouvelle dans l’histoire c’est que Alex aura beaucoup plus de temps pour nous écrire de beaux articles!!! Bon Greg c’est pas une raison pour lâcher l’affaire, t’as le droit d’écrire aussi, on sait que t’as un ordi tout neuf!
Deux voyages = deux fois plus d’articles, c’est mathématique!

Alex, le 10 décembre 2011

Claire Lise, faut faire gaffe aux laotiennes. Apparemment tu peux vite te retrouver marié de force si tu fais un écart. Ou encore les flics qui débarquent en pleine nuit et qui te mettent une amende. :\

Pépé mémé, on peut dire que le Laos aura été bien confortable oui. Les habitants sont adorables, on a rencontré plein d’étrangers sympas aussi pour faire la fête, et le temps est magique pour un mois de décembre.

Mougeotte machin, ça veut dire quoi des ptits drapeaux de couleur ? Tu sais pas où se trouvent les pays ? :P
Tu sais moi et les maths…